En 2016, un projet génomique des Homo sapiens d'Algérie a été lancé avec l'UMR 5288 du CNRS sous la direction du Pr Eric Crubézy de l'université de Toulouse 3. Deux crânes de la collection d'Afalou (Fouille Camille Arambourg) provenant de l'Institut de Paléontologie Humaine ont été échantillonnés, grâce à l'autorisation du Pr Henry de Lumley. Cette analyse est toujours en attente de résultats.

En attendant ces derniers, nous avons lancé avec des collègues marocains, d'autres projets de même envergure, mais d'une problématique totalement différente. Les nouvelles fouilles pratiquées en 2019 sur les monuments funéraires du Moyen Atlas au Maroc nous ont permis de mettre en place un projet paléogénétique avec l'université de Tenerife (Îles Canaries), sur les derniers peuplements protohistoriques et l'origine des premiers berbères de ces régions. Ce projet nous permettra de connaître un peu mieux l'installation, la diversité et le métissage des populations amazighs, concentrées non seulement dans ces hautes montagnes, mais également sur l'ensemble de l'Afrique du Nord.

 

Par ailleurs, nous avons été sollicité (Service archéologie du Val-de-Marne) par deux organismes de recherche pour la collaboration et le partenariat aux recherches génomiques des Homo sapiens. Le premier émanant du Centre Geogenetics de l'université de Copenhague (coordinateur Dr Fabrice Demeter) sur les maladies neurologiques des populations médiévales et modernes d'Europe. Dans un premier temps, 139 individus ont été échantillonnés (exclusivement des dents molaires) provenant de trois nécropoles médiévales du Val-de-Marne (église Sainte-Colombe de Chevilly-Larue, église Saint-Nicolas de La Queue-en-Brie et le Parvis Saint-Christophe de Créteil). D'autres sites funéraires du même département seront concernés en 2020. Les résultats de ces analyses seront publiés dans les revues Nature ou Science.

Le second projet émane de la plateforme génétique du Musée de l'homme (UMR 7206, Paléogénomique et génétique moléculaire) sur une étude génomique des Homo sapiens du Bassin parisien. 40 temporaux provenant du cimetière huguenot de Charenton (Val-de-Marne) ont été prélevés en 2019. Les analyses sont en cours.